L’impact de l’huile de palme

Tout ce que l’on sait sur l’huile de palme est très éloigné de la réalité. Tout ce qui se mange est bon pour la santé car manger nous fait d’abord du bien. C’est une matière grasse et nous avons besoin de matière grasse dans notre alimentation donc l’huile de palme à sa place. Les explications de Samassur.

Samassur: l'impact de l'huile de palme sur la santé
Samassur: l’impact de l’huile de palme sur la santé

Samassur: l’impact de l’huile de palme sur la santé

Les paramètres dont dépend le cholestérol

Ce qui n’est pas bon c’est lorsque l’on mange trop ou trop peu d’un aliment ou lorsque les mélanges d’aliments créent des déséquilibres. Comme n’importe quelle huile, consommer en excès de l’huile de palme augmentera le taux de cholestérol dans le corps.

Mais en réalité le taux de cholestérol dans le corps dépend de beaucoup de paramètres.

L’huile de palme contient des graisses saturées. Samassur précise que toutes les huiles contiennent des graisses saturées. Certaines graisses animales contiennent même plus de graisses saturées. Donc la place de l’huile de palme existe car cette dernière ne contient pas que des graisses saturées.

Finalement, consommée de manière raisonnable, l’huile de palme ne fait pas monter tellement le cholestérol. Ou en tout cas si on en consomme modérément, l’impact sera très faible.

Où est la vérité ?

Samassur indique qu’il ne faut pas dramatiser : l’huile de palme n’est pas une huile qui bouche les artères. Ce qui bouche les artères c’est beaucoup plus complexe. Simplement, cette huile doit être mise à sa juste place dans l’alimentation.

Aujourd’hui on consomme entre 3 à 5 grammes d’huile de palme par jour. Cela représente 2,5 grammes d’acides gras saturés. Ce n’est pas énorme. Sa place peut être justifiée dans une alimentation normale à condition qu’elle ne soit pas excessive. Selon Samassur Avis, l’alimentation globale doit aussi être équilibrée.

La consommation d'huile de palme
La consommation d’huile de palme

L’huile la plus consommée au monde

Très bon marché, l’huile de palme est présente dans la majeure partie des produits transformés que l’on trouve en grande surface. Son utilisation est massive et sa consommation reste décriée pour des raisons environnementales et de santé.

Un ingrédient incontournable pour les industriels

Aujourd’hui, l’huile de palme c’est toujours l’ingrédient incontournable pour beaucoup d’industriels. Cette huile a de nombreuses qualités. Elle permet d’obtenir des recettes qu’on ne pourrait obtenir avec d’autres huiles végétales.

D’après Samassur, l’huile de palme apporte du croustillant, du fondant de l’onctuosité aux aliments. Aussi, elle permet une conservation des alimentes beaucoup plus longue.

Moins chère que le colza et le tournesol, les palmiers à huile offrent aussi un rendement exceptionnel : en 2015, 60 millions de tonnes d’huile de palme étaient produites dans le monde.

L’impact sur l’environnement et la biodiversité

Cette production massive engendre une déforestation massive dans les deux principaux pays producteurs d’huile de palme : la Malaisie et l’Indonésie. Depuis les années 90, 80 millions d’hectares de forêts ont disparu en Indonésie. C’est l’équivalent de l’Allemagne.

Le problème est donc important. « La culture du palmier à huile est l’une des principales causes de la disparition des forets dans le monde ». La production d’huile de palme a aussi des incidents sur le climat et surtout sur des espèces animales. Celle qui est devenue l’icône de cette polémique c’est l’orang-outan.

Production d'huile de palme
Production d’huile de palme

Vers une huile de palme plus responsable ?

Face aux conséquences environnementales de la production d’huile de palme, certains industriels se sont engagés à utiliser de l’huile de palme plus vertueuse.

L’organisation RSPO

Sur les paquets en France, c’est le logo RSPO. « Cette organisation fut créée en 2004 pour regrouper industriels, producteurs et distributeurs. Elle délivre un label censé protéger les forêts, la biodiversité et les travailleurs ».

En France, elle représenterait 25% du marché. Regroupées dans une alliance pour une huile de palme plus durable, des multinationales comme Ferrero ont soutenu cette approche. Samassur souligne que les membres de l’alliance s’approvisionnent tous à 100% en huile de palme durable. 75% de cette huile de palme est tracée jusqu’aux plantations.

La mise en place de 3 niveaux de certification

Pour les industriels qui utilisent la RSPO, comme système de certification, il existe trois niveaux. Le premier appelé « book and claim ». Les industriels n’achètent que des certificats pour soutenir la production d’huile de palme durable.

Le deuxième s’appelle « Mass Balance ». Il signifie que les industriels utilisent un mélange d’huile de palme conventionnelle et d’huile de palme durable. Le dernier niveau concerne l’huile de palme ségréguée. C’est-à-dire que l’huile de palme est durable jusqu’aux plantations selon les critères de la RSPO.