Samassur avis : qu’est-ce que le contrat de prévoyance ?

Contrairement à la partie assurance vie, la prévoyance couvre la partie décès et invalidité. On va être sur des contrats avec des primes à fond perdu, mais qui vont permettre de garantir des capitaux qu’on n’a pas immédiatement et qu’on mettrait un temps infini à avoir à titre personnel. L’avis de Samassur.

L'avis de Samassur sur la prévoyance santé
L’avis de Samassur sur la prévoyance santé

Comprendre la prévoyance

Sujet mal connu, la prévoyance est pourtant importante dans la vie de toute personne qu’elle soit salariée ou non. Samassur propose un exemple concret pour apprécier tout l’intérêt d’une prévoyance.

Mise en situation

Vous êtes père de famille et votre épouse ne travaille pas. Vos enfants sont jeunes. Vous êtes salariés avec un contrat de prévoyance via votre entreprise qui prévoit une année de salaire. Mais vous estimez que compte tenu de vos charges, de vos enfants et des études que vous souhaitez leur faire faire, que ce n’est pas suffisant.

Vous allez vous assurer pour des capitaux que vous mettrez peut-être 20 ans à mettre de côté. Si vous veniez à décéder, votre épouse recevra les capitaux. Elle pourra éduquer les enfants et se débrouiller dans la vie. Si vous veniez à décéder, les capitaux seraient versés à votre épouse. Dans la majorité des cas, Samassur rappelle que la majorité des assureurs prennent peu de temps pour gérer les dossiers.

La source des capitaux

Bien-sûr c’est l’assureur qui va payer. Samassur indique que c’est comme une assurance voiture : tous les assurés paient des primes mais statistiquement, tous les assurés ne vont pas en même temps avoir un sinistre.

Dans le cas de la prévoyance c’est exactement la même chose.

Samassur avis : le coût de la prévoyance
Samassur avis : le coût de la prévoyance

Quel est le coût de la prévoyance?

Le coût de la prévoyance et la somme à laquelle vous pouvez prétendre dépendent de plusieurs facteurs. Selon Samassur l’assureur doit faire son calcul. Tout va dépendre de votre âge de votre état de santé, votre passé médical.

Un investissement à fond perdu

Pour une personne entre 30 et 35 ans, il faut compter un investissement d’environ mille euros par an pour assurer un capital d’un million d’euros. Samassur rappelle en revanche que l’investissement sur une prévoyance se fait à fond perdu. C’est-à-dire que si vous ne décédez pas, cette somme sera perdue.

Prévoyance et patrimoine

Selon l’avis de Samassur estime qu’il est important de multiplier nos sources de revenus. Il est incontournable de parler de prévoyance quand on conseille quelqu’un à titre patrimonial car c’est inhérent à la personne physique, au patrimoine et à la famille.

Qui souscrit aux contrats de prévoyance ?

Travailleurs non-salariés ou des professions libérales

Selon Samassur, la souscription d’un contrat de prévoyance et souvent causée par une nécessité. Il y a beaucoup de travailleurs non-salariés ou des professions libérales. La plupart du temps ces personnes ont un contrat de prévoyance. Il faut savoir que ce contrat qui est destiné à couvrir les ayants-droits en cas de décès, peut être affecté à la couverture d’un crédit. Ça peut éviter ainsi la seconde assurance d’un crédit quand la personne en a besoin.

Assurance de l’homme clé

Un entrepreneur chef d’entreprise, créateur de startup a intérêt à souscrire une prévoyance. Selon Samassur, non seulement il a intérêt mais il a quasiment l’obligation. En effet quelqu’un qui va mettre des fonds dans une entreprise va exiger que l’entreprise soit couverte en cas de décès de l’homme clé.

La gestion de patrimoine
La gestion de patrimoine

Les CGP et la prévoyance

Le marché a longtemps été laissé aux courtiers. Mais il relève aussi du patrimonial. Désormais la protection sociale ou la prévoyance doit faire partie de l’approche patrimoniale des CGP.

La complémentarité entre prévoyance et vente d’un fond

Pour les CGP (conseillers en gestion de patrimoine), il n’y a pas de différence entre la vente d’un fond en euros et un contrat de prévoyance. Selon Samassur il y a des différences mais également de la complémentarité.

Bien-sûr tout cela parait très simple mais lorsqu’il s’agit de rentrer dans la technique pour conseiller le client on rentre dans les conditions générales qui sont plus compliqués à cerner.

Santé et prévoyance : anticiper les besoins

Si une personne apprend qu’elle est malade, il est trop tard pour souscrire un contrat de prévoyance. Dans le cas où la personne est malade, l’assureur va exclure le risque. Samassur rappelle que dans ce cas les CGP ne vont assurer que les personnes en bonne santé.